Arrêter de fumer

La cigarette tue 78 000 personnes par an. Les fumeurs sont de plus en plus dépendants au tabac et ont de plus en plus de difficultés à arrêter de fumer. Nous pouvons nous demander si l’intérêt des industriels ne serait pas d’ajouter des substances additives afin de maintenir les gens dans cette dépendance  et ainsi fidéliser leur clientèle ?

Arrêter de fumer peut être un vrai parcours du combattant : le sevrage coûte cher, pour ne pas craquer il faudrait que notre entourage soit non-fumeurs et que l’on décide aussi de faire un peu de sport. Meditating at sunsetMais cette addiction qui abîme un peu plus chaque jour notre santé et notre porte monnaie peut se régler par :

  • La volonté d’arrêter

    La majeur partie des personnes qui sont venues me voir avaient toutes cette même volonté d’arrêter de fumer et c’est la condition pour obtenir les meilleurs résultats. Plus votre volonté sera forte et plus vous aurez de chance d’arrêter de fumer.

  • Cibler la raison qui nous incite à fumer

    Afin que la séance de magnétisme soit efficace, le problème doit être réglé à la racine, trouver les vrais raisons de son addiction, avant même de travailler sur la dépendance à la nicotine et sur l’habitude gestuelle. Je me suis vite rendue compte que le désir de fumer cachait souvent un problème d’ordre psychologique : une dépression, du stress, des angoisses, la peur, le sentiment d’abandon…

Pour commencer le soin, je fais un nettoyage des mémoires cellulaires. Ensuite, je magnétise le chackra sacré (la confiance en soi), le chakra du cœur (les émotions), la gorge,  la bouche et  les doigts.

Après une première séance, vous devriez déjà ressentir les bienfaits sur votre état général, un apaisement, une meilleur confiance en vous, des pensées plus positives…

Il se peut que votre désir de fumer diminue partiellement ou totalement dès la première séance où que vous ressentiez le besoin de revenir pour continuer le travail. Chacun ressent les choses différemment. Je ne peux pas dire à l’avance combien de séance la personne a besoin. C’est à vous de le ressentir et de l’exprimer.

L’expérience me fait dire que, souvent, deux séances suffisent…

Delphine Joly

Le lâcher prise

Le lâcher prise c’est ne plus penser à demain et à ce qu’il s’est passé hier.

Le lâcher prise c’est la connexion avec la foi, la confiance que tout va bien se passer.

Le lâcher prise c’est un petit miracle quand on arrive à l’obtenir car il ne dure jamais trop longtemps.

serenity_007

Le lâcher prise c’est ce que nous devrions tous faire quand on est dans l’attente et dans la peur.

Le lâcher prise est un moment si particulier et si agréable que l’on aimerait qu’il dure toute la vie.

Le lâcher prise c’est cette porte que l’on ouvre vers les possibles car justement dans cet état il n’y a plus aucune expectative…

Le lâcher prise c’est à force de le travailler que l’on arrive à obtenir tout ce que l’on veut.

Le lâcher prise c’est ce qui nous permet de vivre insouciant et dans la confiance avec le tout.

Delphine Joly

Communiquer avec les esprits de la nature

Communiquer avec les esprits de la nature

11 étapes pour communiquer avec les esprits de la nature

Les esprits de l’air (elfes, sylphes, fées de l’air…), les esprits de l’eau (ondins, ondines, vouivres, fées de l’eau…), les esprits du feu (salamandres, fées du feu…) et les esprits de la terre (gnomes, korrigans, lutins, faunes, fées de la terre…) sont les élémentaux qui évoluent sur une bande fréquentielle très proche de la nôtre.L’approche exogène, par la mesure du biochamp dans les pratiques de géobiologie, aiderait beaucoup de gens à ressentir et à communiquer avec les esprits de la nature. Les lieux hautement énergétiques seraient davantage propices à des rencontres rapprochées.

Je me suis ouvert à la réalité des esprits de la forêt par l’entremise de mes compagnons cristallins. Ils m’ont guidé pas à pas dans certains boisés pour rejoindre des lieux qui semblaient anodins au premier regard. Ces lieux renferment une énergie inattendue et présentent des configurations de la végétation hors normes bien qu’elles échappent aisément à tout œil non attentif. C’est l’approche endogène qui caractérise ma relation avec les esprits de la nature. La reliance se fait avant tout de l’intérieur par leurs voix qui résonnent en moi en passant par le portail du Cœur.

Les deux approches, exogène et endogène, ne s’opposent nullement mais se complètent. C’est après avoir répondu à leurs appels intérieurs et m’être rendu dans les lieux indiqués, qu’il me fut possible d’utiliser mes mains afin de sentir des contacts énergétiques. Mes sens ont été sollicités pour les détecter, pour « voir » leurs jeux.

Mais leur cadeau le plus précieux fut de me faire comprendre que nous étions aussi des êtres élémentaux. L’homme est constitué d’Eau, d’Air, de Feu et de Terre. Ces quatre éléments sont en nous et en profond déséquilibres. Les quatre éléments appellent à être réharmonisés en chacun de nous. L’Égo se loge dans les fractures de nos quatre éléments.

L’Égo se nourrit du chaos et du désordre intérieur.

Les élémentaux sont au service des quatre éléments. Ils effectuent un travail immense pour perpétuer l’équilibre de ceux-ci à l’extérieur de nous. Bien que nous les ayons chassé de nous, ils s’échinent à poursuivre leur rôle fondamental au sein de la nature. Ils sont essentiels dans la perpétuation du cycle de la vie végétale et in fine de la vie animale et de la vie humaine. Ils cadencent les saisons et amoindrissent nos perpétuelles attaques contre la nature.

Les esprits de la nature sont profondément blessés pour les nombreux sacrilèges et destructions à leur encontre, à l’encontre des quatre éléments à l’extérieur de nous, à l’encontre des quatre éléments à l’intérieur de nous.

Les êtres élémentaires attendent une profonde et sincère repentance de chacun, pour les actes et les pensées dans cette vie et dans nos vies passées. Lorsqu’ils ressentent que cette demande de pardon vient viscéralement du cœur, et non pas de la périphérie de notre être, le mental, ils se mettent à notre disposition pour participer à notre grand rééquilibrage intérieur. Ils vont agir en nous afin de réinitialiser nos quatre éléments afin d’aligner notre être sur notre âme et non plus laisser notre égo se repaître de nos failles.

Le processus de guérison intérieur est très complexe et multiple. Les élémentaux sont essentiels à ce travail de guérison et de restauration de notre corps physique et de nos corps subtils. Les élémentaux disposent d’un pouvoir de guérison de nos centres énergétiques. Ils peuvent s’ancrer en nous. Mon expérience d’adombrement par une vouivre fut l’une des plus marquantes qui me fut donnée de vivre. Cette vouivre est allée au tréfonds de mon être pour délier un nœud énergétique qui obturait l’une des voies vers mon être véritable.

Les êtres de la nature vont toucher notre âme et rouvrir des portails intérieurs vers elle.

Les esprits de la nature attendent que notre alliance initiale soit restaurée, afin de manifester nos plus belles créations comme cela était établi à l’origine dans le plan divin. Cela se fait étape par étape. Il m’est demandé par mes guides d’aller au contact des esprits de la forêt le plus souvent possible et de m’exercer à développer une démarche emprunte de respect. Celle-ci demande encore à s’affiner. Mon approche se résume en onze petits pas :

1. Appeler intérieurement une rencontre

Une rencontre avec les êtres de la nature se prépare, pour moi, plusieurs jours à l’avance. En mon fort intérieur, j’émets le souhait de rencontrer des fées ou encore des vouivres, des gnomes, des elfes. Je projette sur cette pensée une émotion de joie. Lorsque mon esprit se porte sur une invitation, je sais où et quand je vais me rendre dans la nature afin de leur donner rendez-vous. Je suis déjà dans la gratitude que mon appel sera entendu.

2. Se libérer de l’agitation du mental

C’est important de ne pas arriver auprès d’eux avec son brouillard mental. Je marche souvent une bonne vingtaine de minutes avant de me rendre à l’endroit de mon invitation. Je prends ce temps pour chasser mes pensées et me vider des préoccupations quotidiennes. Cela agit pour moi comme un sas de décompression et de changement d’état d’esprit. J’essaye simplement d’observer autour de moi en ne pensant à aucun problème de la journée. C’est l’un de mes exercices de pratique de l’instant présent.

3. Saluer les présences invisibles hors du royaume de l’homme

En arrivant à l’orée du boisé, du parc ou de la prairie, je m’écarte du chemin pour me mettre sur le bas côté. Là, je les salue intérieurement. Je ne suis plus dans le monde des hommes (le chemin) mais dans le leur (à droite ou à gauche du chemin). Je suis au point de rendez-vous proposé intérieurement plusieurs jours à l’avance. À partir de ce point, je leur demande de me guider là où ils l’entendent. Je suis dorénavant leur invité s’ils le désirent.

4. Être dans l’observation et l’émerveillement

Je progresse simplement en étant attentif à ce qui m’entoure. J’essaye de retrouver mon regard d’enfant, celui du ravissement sans être béat. Sentir et voir les petits détails, ceux-là même que l’on ignore si on fait une balade avec un ami avec lequel on parlerait de tout et de rien. Les êtres invisibles de la nature nous surveillent dès nos premiers pas.

5. Faire appel à son intuition et à sa petite voix intérieure

Je demande intérieurement d’être guidé, droite ou gauche, je m’arrête ou je continue etc. J’essaye de me laisser guider par mon intuition pour bifurquer et avancer au gré des suggestions de ma petite voie intérieure. Elle est le support par lequel les esprits de la nature et tous mes guides communiquent avec moi. Si un arbre attire mon regard, je vais le saluer peu importe que cet arbre ne représente rien pour une autre personne qui viendrait avec moi. Si une feuille s’agite frénétiquement toute seule, alors que les autres environnantes restent immobiles, je prends le temps d’observer ce « jeu ».

6. Faire preuve de respect en tout temps

Je ressens lorsque je suis arrivé à destination. Je me garde de pénétrer dans certains espaces du lieu vers lequel je me suis senti conduit. Je prends le temps d’observer le lieu et plus précisément le périmètre dans lequel je peux évoluer et celui dans lequel je ne dois pas entrer. L’humilité et la sagesse sont de mise. Je suis particulièrement précautionneux sur ce point.

7. Faire une offrande aux esprits de la nature

J’identifie l’autel sur lequel je vais déposer mon offrande. Cette offrande, je l’ai choisi avec soin. Cela peut être une tomate cueillie dans mon jardin ou le plus beau fruit acheté au supermarché (sans pesticide). Je choisis ce que j’aimerai que l’on m’offre. J’affectionne le miel comme offrande. Je ramasse une belle feuille, et non pas cueillir une feuille, pour y laisser couler du miel. Pendant quelques instants, je tiens au creux de mes mains mon offrande pour la charger de belles pensées, avant de la déposer sur l’autel. Je me mets en retrait pour laisser s’approcher les esprits de la nature.

Un ami m’apprit à faire aussi des offrandes pour le règne animal qui est intrinsèquement indissociable du règne élémental.

8. Identifier et saluer le gardien ou le chef de la communauté

J’essaye d’identifier le gardien du lieu ou le chef des êtres de la nature qui régit l’assemblée présente. Je prends le temps de me recueillir devant lui et de le remercier de son hospitalité.

9. Accueillir ce qui nous est proposé

Cela me demande d’être dans le renoncement des attentes. J’observe, je me recueille, je ris ou je pleure parfois, je me laisse aller aux émotions qui viennent. J’écoute leurs messages et je leur pose mes questions.

10. Offrir une réparation

Je leur demande souvent pardon pour mes errances dans cette vie et dans mes vies antérieures à leur encontre. Je m’attache à parler de mes actes et non pas ceux de l’humanité. Une rencontre avec les êtres de la nature, ce sont eux vis-à-vis de soi, afin de ne pas se défausser sous couvert d’une responsabilité collective. Je prends souvent un sac avec moi pour collecter les déchets de la société humaine qui souillent les lieux. Contribuer à nettoyer le lieu est pour moi une autre forme de réparation à leur endroit.

11. Remercier les esprits de la nature

C’est important de remercier pour l’instant passé en leur compagnie. Le respect doit rester présent tout au long du chemin de retour. Les esprits de la nature et autres esprits de la forêt sont susceptibles de nous accompagner longtemps après notre visite.

Les êtres de la nature attendent qu’on les réintègre certes dans notre cœur. Ils désirent, au préalable, qu’on reconnaisse tout le mal qu’on leur a fait. Ils ne veulent pas de « je m’excuse au nom de tous les hommes ». Ils attendirent que MOI je me positionne dans mon acceptation du mal que je leur ai fait. Mes guides me demandèrent de dire quelque chose comme « Je m’excuse de tout le mal que je vous ai fait dans cette vie et dans mes autres vies » avec sincérité, humilité, avec la vibration du cœur et non pas celle de mon mental. J’ai mis du temps à le faire avec la bonne intention du cœur. Des mois. Demander pardon n’est pas évident mais cela déverrouille assurément la porte de leur monde.

Source : https://www.leretourdesdragons.com

L’ancrage

Qu’est-ce que l’ancrage  spirituel ?

L’ancrage consiste à se relier à la terre mère, afin de retrouver un équilibre énergétique. S’ancrer c’est se reconnecter à ses racines, c’est renforcer son pouvoir de décision et d’incarnation. Beaucoup se sentent déconnectés d’eux mêmes car bien naturellement l’être humain vit sous l’influence du mental qui veut gouverner notre vie. C’est ce que l’on appelle l’égo. Nos pensées nous font souvent perdre pied. L’une des manière de le court circuiter, afin de cesser ce petit vélo du mental, est d’apprendre à s’ancrer, à s’enraciner. Pour permettre à notre égo de faire silence, l’un des moyens les plus efficaces est d’être dans le « ici et maintenant ».

Il existe un petit exercice très simple et efficace :
Aller dans la nature, choisissez un arbre qui vous attire et, piedl'ancrages nus, serrez le contre vous,  avec le coeur, rentrer en contact avec sa vibration et  imaginez alors des racines qui poussent sous vos pieds et qui s’enfoncent de plus en plus profondément dans le sol
Cet exercice a pour objectif de se focaliser sur le chakra racine et de l’ouvrir.

L’ancrage permet de se recharger et vous donne la possibilité aussi de monter en vibration. Plus vous serez ancré et plus vous aurez la possibité de faire grandir en vous vos capacités énergétiques.

 

Festival au coeur du néo-chamanisme

Festival au coeur du néo-chamanisme

Bonjour à tous,

Venez découvrir les merveilleux Chamanes invités à la 4ème édition du Festival « Etre Bien Avec Soi » du Vendredi 13 au Lundi 16 mai 2016 (weekend de la pentecôte) au Camping Isis à Saint-Julien-de-la-Nef (30), près de Ganges (34)… à 1h de Montpellier et de Nîmes.

Au Cœur Du Néo-Chamanisme

Le 4ème Festival « Etre Bien Avec Soi » est un événement de 4 jours consacrés au Bien-Etre alimentaire, corporel, culturel et spirituel. Sur place, une quinzaine de Chamanes du monde entier délivrent leurs savoirs ancestraux lors d’ateliers collectifs et de soins individuels.

PNG_Recto-Flyer-2016

C’est l’occasion pour les participants de se relier à la Nature et de découvrir les pratiques de ces « Hommes et Femmes de Médecine ». Ils viennent du Mexique, des Etats-Unis, de Madagascar et même d’Europe afin de rallier tous et chacun à une conscience unie. Certains transmettent des pratiques ancestrales en rapport avec les éléments, d’autres apprennent à s’harmoniser avec soi-même lors d’ateliers de développement personnel, d’autres encore conduisent des huttes de sudation régénératrices.

Cette année, en plus des quinze chamanes invités, une vingtaine d’Intervenants dans le domaine du bien-être alimentaire, corporel et spirituel vous proposent tous les matins des méditations, des massages, du chant, de la danse et des conférences…

En soirée, concerts et scènes musicales ouvertes vous sont proposées.

Une vingtaine d’exposants vous font découvrir de l’artisanat beau, Bio, éthique et solidaire pendant toute la durée du festival.

Comment connecter les énergies autour de nous et s’auto-guérir ?

Comment connecter les énergies autour de nous et s’auto-guérir ?

Nous avons tous la capacité à s’auto guérir, à capter l’énergie qui est autour de nous et de la mettre au service de la lumière.

Peu de gens le savent et encore trop peu s’en servent, par manque de confiance en soi ou de conviction.

L’exercice est notre premier travail, pour faire grandir cette connexion. La première des choses à faire, si on y croit un peu et que l’on a le désir de le développer est d’adopter une hygiène de vie, cela favorise la circulation des bonnes énergies. Manger équilibrer, pas trop gras, pas trop sucré, éviter l’alcool, le tabac, les excés en tout genre et commencer par faire un travail sur soi.Comment connecter les énergies autour de nous et s'auto-guérir ?

Car plus notre canal qui recoit l’énergie est pure, plus la connexion sera élevée.

Ce travail consiste à faire attention à nos pensées, les pensées positives font augmenter notre vibration, la présence, être dans le « ici et maintenant », ce qui est très difficile car notre mental veut toujours prendre le pouvoir et nous » drive » si souvent…

La méthode que je trouve très efficace est «  les quatre accords toltèques »  mais j’avoue pas facile à mettre en pratique tous les jours.

Pour commencer à sentir les énergies circulaient en nous, il est préférable d’essayer dans la nature, au calme.

S’asseoir confortablement, les yeux ouverts ou fermés peu importe, et si vous arrivez à faire taire votre mental en ne vous préoccupant que des bruits de la nature, du léger vent qui caresse votre joue ou de la chaleur du soleil, vous avez atteint une bonne partie du travail.

Le plus dur sera d’y rester et de se rappeler que le plus important à ce moment là c’est ce moment présent… Ni hier, ni demain, c’est ici que tout se joue !

Après ce gros travail fournit, car cet état demande beaucoup d’entrainement et de volonté, vous pouvez essayer de sentir les énergies de la nature, cela peut venir dans vos mains, vos jambes, vos pieds, au niveau de votre tête ou des yeux. Cela peut être des ondulations, de la chaleur, du froid…

Au début, on ne ressent pas forcément quelque chose mais c’est à force d’entrainement que les ressentis arrivent.

Vous pouvez aussi tenter l’expérience chez vous, un jour où vous ressentez une douleur quelque part. Vous vous installez confortablement, vous placez votre main à l’endroit où vous souffrez et vous demandez à ce que cette douleur s’en aille. Pareil au début vous n’allez peut être pas ressentir de transformation dans votre corps. Les choses se font avec le temps, la patience et la persévérence sont les maîtres mots pour y arriver… Mais avec la ferme intention de guérir et de se donner le plus d’amour possible cela nous permet d’y arriver. Ce n’est pas de la magie, juste que notre intentionalité est puissante et créatrice et cette conviction que l’on ressent à aller mieux peut provoquer effectivement le miracle.

Ainsi, avec ces quelques conseils, j’espère vous avoir donné un peu l’envie d’essayer de vous familiariser avec les énergies disponibles, tout autour de vous.

Portez vous bien !

Delphine Joly

C’est le printemps, pensez à nettoyer votre foie et votre rate naturellement

C’est le printemps, pensez à nettoyer votre foie et votre rate naturellement

Aux changements de saison, il est important de nettoyer l’organisme des toxines accumulées. Cette détox est particulièrement importante au printemps pour gommer la fatigue de l’hiver et apporter un petit coup de fouet à notre foie et à notre rate.

Les plantes médicinales peuvent améliorer la santé et la fonction de vos organes, y compris le foie et la rate.

C'est le printemps, pensez à nettoyer votre foie et votre rate naturellement

Le National Cancer Institute déclare qu’un organe est une partie de votre corps qui effectue une tâche ou une fonction spécifique. La plupart des organes, y compris le foie et la rate, remplissent de nombreuses fonctions pour aider à garder votre corps en bonne santé globale. Si vous envisagez de prendre des herbes pour aider à stimuler votre fonction de l’organe, consulter votre médecin pour discuter des risques, les alternatives et dosage approprié.

Votre foie et la rate sont deux organes importants situés dans votre cavité abdominale. Votre foie est un grand orgue de la taille d’un ballon de football qui est responsable de nombreuses fonctions au sein de votre corps, y compris la digestion des aliments, l’absorption des nutriments et de traitement et d’annuler des substances toxiques de votre corps. Votre foie est essentiel pour votre survie. Votre rate, située dans le quadrant supérieur gauche de votre abdomen, est une partie importante du système lymphatique de votre corps qui aide à débarrasser le sang des vieux globules rouges et lutter contre les infections.

Certaines herbes peuvent posséder la capacité de protéger ou restaurer la fonction de vos cellules du foie, ou des hépatocytes. Herboriste, auteur et médecin naturopathe Dr Sharol Tilgner stipule qu’une combinaison d’herbes peut aider à régénérer et protéger vos hépatocytes et de stimuler légèrement votre foie. Chélidoine, pissenlit, chardon, artichaut, fenouil, bupleurum, Oregon raisin et guimauve, lorsqu’ils sont pris ensemble, peuvent s’avérer utiles dans l’amélioration de la santé de votre foie et le traitement de foie lent, mauvaise digestion et la jaunisse provoquée par un dysfonctionnement du foie.

Les vertues de certaines plantes :

 

IllustrationPrincipaleLe pissenlit : La feuille de pissenlit est un excellent diurétique. Sa consommation va stimuler le fonction rénale. Il constitue une aide supplémentaire à l’élimination des toxines dans l’organisme et va nettoyer les reins. Le pissenlit peut se consommer en salade ou       en tisane.

Le radis noir : Le radis noir agit sur les troubles digestifs en stimulant l’intestin. C’est un antispasmodique des voies biliaires.  Il possède également des vertus antioxydantes qui limitent l’oxydation des cellules par les radicaux libres et leur vieillissement.

L’artichaut : Il va stimuler l’émission de bile et faciliter la digestion. L’artichaut contient de l’inuline qui est utilisée par la flore intestinale qui la métabolise et à un rôle prébiotique. Il possède également des vertus diurétiques.

 

L’ortie : Elle stimule l’ensemble des fonctions digestives. Ses feuilles permettent un excellent drainage du foie et de la vésicule biliaire. Elle est reminéralisante et permet de lutter contre la fatigue, elle est également dépurative.

romarinLe romarin : c’est un stimulant du foie et de la vésicule biliaire. Il permet de fluidifier la bile.

 

Petite histoire du massage Abhyanga

Petite histoire du massage Abhyanga

Le massage abhyanga fait partie intégrante de la médecine ayurvédique. «Abhyanga» signifie, littéralement, massage à l’huile de tout le corps. Ce massage holistique traditionnel venant de l’Inde est spécifiquement recommandé dans le cadre du système thérapeutique, l’ayurvéda, pour une amélioration globale de la santé et du bien-être. En effet, l’abhyanga est la voie la plus directe pour harmoniser l’énergie vitale du corps, car l’abhyanga met en œuvre non seulement diverses techniques manuelles mais aussi les propriétés des différentes huiles, plantes ou arômes utilisés pendant toute la durée du massage.

Petite histoire du massage Abhyanga

UN PEU D’HISTOIRE…

Le système de santé appelé ayurveda vient littéralement, du sanskrit «Ayur» (vie) et «Veda» (connaissance). C’est la médecine physique-spirituelle traditionnelle de l’Inde. Elle a été transmise oralement par les saints hommes de l’Inde ancienne, les Rishi, jusqu’à l’avènement de l’écriture. C’est il y a seulement 4 500 ans que l’ayurveda fut transcrit dans les textes sacrés, les «Veda». Cette ancienne méthode a influencé les médecines du Tibet, de la Chine, de la Perse, de l’Egypte, de la Grèce et de Rome. L’abhyanga (littéralement, massage à l’huile de tout le corps) fait partie intégrante de la médecine ayurvédique. Le massage abhyanga est tout particulièrement recommandé dans le cadre de ce système thérapeutique pour une amélioration globale de la santé et du bien-être.

DESCRIPTION DE L’ABHYANGA

L’une des caractéristiques de base du massage abhyanga est l’accent mis sur le concept d’énergie (prana). De là, émerge une conscience de la nécessité d’un flux libre et harmonieux de l’énergie afin de rester en bonne santé ; les ruptures de flux énergétiques entraînent invariablement déséquilibres et maladies. Dans la vision yogique et ayurvédique de l’anatomie énergétique, il y a sept types de centres énergétiques (les chakras), 14 nadis (ou courants énergétiques), dont on compte 107 marmas (littéralement zones sensibles ou vulnérables), et des points énergétiques localisés dans tout le corps. La manipulation des marmas par le biais du massage (abhyanga), de la digitopuncture, de l’aromathérapie, des plantes, de la marmapuncture et de la chaleur, permet de mobiliser le prana (énergie vitale) afin de résorber des blocages et stimuler le courant énergétique. Toutes les thérapies ayurvédiques, incluant le massage abhyanga, qui travaillent d’une manière ou d’une autre sur le prana, tendent à harmoniser ses fonctions, premièrement au moyen des trois doshas : vatta, pitta et kapha. «Dosha» veut littéralement dire «celui qui va mettre en balance» et les trois doshas sont les facteurs primaires de l’état de santé ou de maladie. Ils régulent notre climat interne grâce à leurs interactions.
L’abhyanga est la voie la plus directe pour harmoniser le prana du corps. L’abhyanga met en œuvre non seulement des techniques de massage mais aussi les propriétés des huiles, des plantes, des arômes, etc. Le massage du corps entier ouvre l’énergie des marmas et prépare le terrain pour un traitement efficace de marmas spécifiques.

Méditation

Méditation

Depuis 4 ans, j’ai pris pour habitude d’aller méditer tous les matins, sur ce que j’appelle « ma presqu’île », un petit paradis à 10 min de chez moi à pied où je peux y retrouver les goélands, la mer, les arbres, l’essentiel quoi …

Je n’ai appris aucuMéditation Delphine Joly Magnétiseusen protocole. Le seul fil conducteur est ma connexion avec les éléments.

A force de m’y retrouver, je m’y suis rejointe. Le mental aux oubliettes, j’épouse avec joie et volupté l’harmonie de cette nature qui représente notre berceau, celui de notre belle humanité. Et je ne m’en lasse pas… Alors à force de me connecter à la vibration de chaque insecte, animal, minéral, je deviens une petite partie d’eux. Et tous ces trésors que la nature m’apporte me permettent de me recentrer, d’équilibrer mes champs magnétiques et de trouver tout simplement que la vie est belle…

Delphine Joly

Les 7 chakras

Les 7 chakras

Selon la médecine traditionnelle indienne, il suffit qu’un de nos sept chakras principaux soit perturbé, pour que tout notre équilibre physique et psychique se trouve bouleversé. Ils sont nos centres énergétiques et sont à la base de la médecine ayurvédique, vieille de cinq mille ans.Les textes anciens parlent de 88 000 chakras répartis sur tout le corps. Mais ils en dénombrent sept majeurs, situés le long d’une ligne qui suit le trajet de la colonne vertébrale.D’autres médecines les reconnaissent à leur manière : en Chine, ils ont été intégrés dans la pratique de l’acupuncture ; en Occident, ils correspondent aux plexus, des réseaux de nerfs et de vaisseaux, dont le plus connu est le plexus solaire, situé sous le diaphragme.
Les 7 chakras
« Aucune dissection ne peut révéler les chakras : ils appartiennent à notre “corps subtil” (ensemble des énergies invisibles du corps humain (aura, qi, chakras, corps éthérique et une partie de l’âme) et distribuent de l’énergie fondamentale à certains organes physiques », explique le docteur Janine Fontaine, auteur de La Médecine des chakras (Robert Laffont, 1999). Selon la tradition indienne, l’énergie circule d’un chakra à l’autre par des canaux invisibles.Au passage de ces « roues », le souffle vital se concentrerait en tourbillonnant dans le sens des aiguilles d’une montre, remontant du périnée au sommet de la tête. L’énergie doit pouvoir passer librement dans les chakras, sans excès, sans manque ni stagnation. Or, un mal-être, une émotion aiguë, des problèmes anciens non résolus, une mauvaise hygiène de vie ou le stress pourraient les dérégler : les chakras se fermeraient, empêchant l’énergie de circuler. Pour les hindous, ce déséquilibre favoriserait les maladies. Equilibrer ses chakras contribuerait donc à prévenir ou à soigner ces dernières.

Décoder nos maladies

On ne les voit pas, on ne peut pas les toucher et on ne sait pas très bien comment ils fonctionnent. Difficile de comprendre leur rôle… « Les chakras sont une grille de lecture des maux du corps, explique Jacques Lesperres, praticien formé à la médecine traditionnelle chinoise. Ils nous permettent de remonter d’un malaise physique à l’émotion qui le génère, souvent profondément enfouie. » A chaque chakra correspondent, en effet, une zone du corps, des organes et des systèmes glandulaires, mais aussi des émotions, des troubles physiques et psychiques.

Par exemple, le chakra du plexus solaire est relié au pancréas. Déséquilibré, il entraînerait des maux d’estomac, des problèmes de poids, mais également un manque d’assurance et des cauchemars. Equilibré, il permettrait de s’affirmer sans agressivité. Qui sait interpréter le fonctionnement des chakras pourrait soigner un problème de santé en traitant le dysfonctionnement énergétique en amont de la maladie. « Je me souviens d’une patiente qui souffrait de colites inflammatoires, raconte Alain Jouret, médecin généraliste et énergéticien. La tentation était grande de se focaliser sur le côlon. Or, c’est une pathologie typique du deuxième chakra, lié aux organes sexuels. Son examen a effectivement révélé une faiblesse de l’ovaire gauche. En régulant le problème gynécologique, le chakra s’est rééquilibré et les colites ont disparu. »

Mais attention : comme tous soins parallèles à la médecine allopathique, la « réharmonisation » des chakras ne doit pas dispenser d’un traitement médical adapté à la maladie.